OnOff : créez des numéros de téléphone à la volée !

Publié le 28 Février 2015

OnOff : créez des numéros de téléphone à la volée !

La start-up OnOff a présenté ce matin à Paris son application : elle permet de générer des numéros de téléphone rapidement et simplement, sans besoin de carte SIM supplémentaire en virtualisant les numéros. Pratique, rapide, français et pas cher !

OnOff Telecom veut radicalement changer la manière dont vous utilisez vos numéros de téléphone. « Le mail est dans le cloud depuis longtemps, pourquoi pas les numéros de téléphone ? », s’interrogeait-il lors de la conférence.

Voici le principe : vous téléchargez l’application (iOS pour le moment, sur Google Play dans la journée, Windows Phone à venir dans l’année), créez votre compte et vous choisissez un numéro de téléphone « libre » dans la liste. Et… c’est tout. « Dans la seconde, le numéro de téléphone devient actif », démontre en direct Taïg Khris ; et nous avons bien entendu essayé, ça fonctionne extrêmement bien. Le numéro créé possède sa propre messagerie, sa liste de contacts, etc.

L’avantage du système est que, comme pour une adresse mail, vous pouvez utiliser un autre téléphone et l’application et retrouver tous votre « environnement » (contacts, messages, etc.). De plus, OnOff se mue également en une sorte de réseau social ; Taïg Khris parle d’un « Facebook inversé » dans le sens où vous pouvez créer un « mur » avec vos contacts et partager du contenu. Pour cela, vous pouvez demander des personnes en amis. On peut imaginer que vous créez par exemple un numéro de téléphone « Famille » et que vous possédez donc un mur très privé avec vos proches. Il est aussi bien entendu possible de s’échanger des messages (SMS, etc.) ou directement en messagerie instantanée lorsque vous êtes connectés avec des amis.

Comment ça fonctionne ?

Taïg Khris était il y a deux ans encore un néophyte dans le monde des télécoms. Il confie avoir appris sur le tas avec ses amis, ses proches, les ingénieurs de son entourage. Actuellement, il est en discussion avec les opérateurs en France mais également à l’étranger (pas de précisions sur les pays ciblés mais OnOff devrait rapidement s’étendre à l’international dès 2015). Concrètement, la start-up travaille avec un partenaire technique français, Transatel, qui dispose d’une licence télécom et permet à OnOff de proposer la base de données de numéros aux utilisateurs. Elle virtualise donc dans le système au sein de l’application les numéros de téléphone qui sont stockés dans le cloud et les interconnecte aux antennes de tous les opérateurs réseau via leurs réseaux GSM ; les serveurs de la start-up sont chez Amazon.

source : http://www.linformaticien.com/actualites/id/35833/onoff-creez-des-numeros-de-telephone-a-la-volee.aspx

OnOff : créez des numéros de téléphone à la volée !

Lorsque vous composez un numéro de téléphone avec votre numéro virtuel, l’application va demander à la carte SIM du mobile d’appeler un numéro qui est en réalité celui du cloud. L’appel est ensuite renvoyé vers le numéro demandé. De plus, Taïg Khris souligne qu’il travaille avec une «société experte en sécurité » pour assurer la confidentialité des informations.

Il est important de noter que lorsque vous prenez un nouveau numéro, celui-ci vous appartient à 100% jusqu’à ce que vous décidiez de le supprimer. OnOff procède alors à « un nettoyage de la base de données » et le numéro pourra alors être réattribué. Enfin, le ou les numéros supplémentaires créés fonctionnent donc avec le forfait que vous possédez chez votre opérateur principal.

Coût et fonctionnalités à venir

C’est donc loin du monde sportif que le champion de skate et de roller se trouve aujourd’hui. Mais il a su s’entourer d’une cinquantaine de ses amis proches (comme l’ancien rugbyman Fabien Pelous), qui ont tous mis la main au pot pour le démarrage de l’entreprise. Aujourd’hui, l’application est encore en phase bêta et comporte quelques bugs (assez mineurs d’après nos rapides premiers tests).

Pendant la phase de lancement, le premier numéro de téléphone est gratuit. Au-delà, il faudra payer 2,99 euros TTC/mois pour un numéro de téléphone. D’autres formules existent avec des numéros à 4,99 euros TTC/mois ou 9,99 euros TTC/mois, avec l’accès à des fonctions supplémentaires. Pour les entreprises, la start-up proposera des flottes entières de nouveaux numéros.

Comme expliqué, OnOff est encore en version bêta. C’est-à-dire qu’il reste de nombreuses fonctions à ajouter. « Aujourd’hui, on peut uniquement s’envoyer des photos d’application à application », précise Taïg Khris, persuadé que la technologie qu’il appelle « cloud numbers » va rapidement s’étendre. « Si Tim Cook, le PDG d’Apple, l’avait présenté dans une keynote, on appellerait ça à une révolution » s’amuse-t-il ! Notez que pour la prise en main, de nombreux tutoriels sont disponibles sur YouTube.

source : http://www.linformaticien.com/actualites/id/35833/onoff-creez-des-numeros-de-telephone-a-la-volee.aspx

Chris O Brien and Taig Khris on Le Web 2014, Paris - onoff App and cloud numbers.

Saut de Taïg Khris en direct de la Tour Eiffel!! - Taig Khris Mega Jump live on TV!! «Je ne me suis jamais retrouvé dans un moment d'adrénaline aussi fort», a confié la star française du roller, peu après un deuxième saut du haut de la structure vertigineuse. Il a expliqué avoir voulu réaliser cet exploit «pour donner aux gens l'envie de se dépasser, de suivre leurs passions, leurs rêves». «Je suis contente parce que j'ai eu très peur», a avoué soulagée, la mère de Taïg Khris, Aleka, qui a jugé la performance de son fils «extraordinaire». Cet événement sportif et festif, intitulé «Méga Jump», était sponsorisé entre autres par diverses chaînes de télévision et de radios pour jeunes et un opérateur téléphonique. Y assistaient plusieurs personnalités comme l'ancienne miss France Valérie Bègue ou le champion de patinage artistique Philippe Candeloro. Des milliers de personnes s'étaient agglutinées dans l'après-midi à proximité de la Dame de fer, les yeux levés vers un ciel souvent menaçant, acclamant chaque apparition de leur idole.

Repost 0
Commenter cet article