LinkedIn condamné à au moins 13 millions de dollars pour du spam

Publié le 8 Octobre 2015

LinkedIn condamné à au moins 13 millions de dollars pour du spam

Les stratégies marketing obligent parfois les sociétés du web à sortir le portefeuille. Visé par une class action pour des spams exploitant les listes de contacts de ses inscrits, LinkedIn verse 13 millions de dollars aux plaignants afin d’éviter le procès.

En septembre 2013, Paul Perkins, un utilisateur du réseau social professionnel, dépose une plainte contre LinkedIn. Il accuse la société d’avoir accédé et exploité les listes de contacts de sa messagerie dans le cadre du programme Add Connections et de les avoir exploité sans son consentement,explique Business Insider. Si le plaignant avait bel et bien autorisé le site à envoyer un premier email (en utilisant l’adresse mail de M. Perkins) à ses contacts, il n’a pas pour autant donné son consentement aux deux mails de rappel qui ont suivi.

La cour fédérale de San José a approuvé, en juin 2014, la « class action » déposée par M. Perkins. De son côté, LinkedIn dénonçait des « allégations mensongères ». Le tribunal a donné raison au réseau social sur le premier point. Les utilisateurs acceptant les conditions d’utilisation, LinkedIn était parfaitement en droit d’utiliser les listes de contact du plaignant pour envoyer le premier mail d’invitation.

La relance non consentie

Néanmoins, en l’absence de réponse des destinataires, deux autres mails de rappel étaient envoyés. Or, lors de l’inscription, le service précisait bien qu’aucun mail ne serait envoyé sans la permission de l’utilisateur. Les relances n’étant pas explicitement autorisées par l’utilisateur, LinkedIn se trouve donc en infraction.

Mais l’entreprise sort de la procédure sans dommage : les deux parties ont en effet négocié un accord à l’amiable. LinkedIn devra donc sortir 13 millions de dollars pour indemniser les plaignants de ce recours collectif (qui ont jusqu’au 14 décembre pour se signaler). Somme à laquelle seront ajoutés 750 000 dollars si l’indemnité par personne devait être inférieure à 10 dollars. Notons que le tribunal n’a pas encore donné son accord. La seule condition que pose la cour fédérale est que LinkedIn notifie clairement, dans ses CGU (que personne ne lira de toutes façons), les deux mails de relance.

source : http://www.linformaticien.com/actualites/id/38076/linkedin-condamne-a-au-moins-13-millions-de-dollars-pour-du-spam.aspx

Repost 0
Commenter cet article