La gendarmerie a testé des drones pour la verbalisation des automobilistes

Publié le 29 Janvier 2016

La gendarmerie a testé des drones pour la verbalisation des automobilistes

La gendarmerie a testé des drones pour la verbalisation des automobilistes

Dans l’Oise, les gendarmes viennent de mettre fin à une expérimentation de dix semaines pendant lesquelles ils ont utilisé des drones pour surveiller le trafic routier et parfois, verbaliser les automobilistes.

La surveillance et la verbalisation des automobilistes

Les drones créent sans cesse de nouvelles applications professionnelles et voici la dernière en date : la surveillance et la verbalisation des automobilistes. En effet, les gendarmes de l’Oise ont testé le dispositif pendant 10 semaines consécutives, pour notamment remplacer les hélicoptères, dont les vols sont très coûteux.

Cette première expérimentation avait surtout pour but de surveiller le franchissement des lignes continues sur les routes. Mais à terme, les drones pourraient se révéler très utiles pour de nombreuses autres utilisations. « Outre la vitesse, un drone peut repérer tout ce qui est dangereux », explique une source ministérielle à nos confrères des Echos. Sont visés notamment : les dépassements par la droite, les excès de vitesse, le non-respect des distances de sécurité, etc.

Les drones peuvent également remplir plusieurs missions. En vol stationnaire, ils peuvent zoomer sur certains endroits précis et recueillir des informations. Ils peuvent également servir à suivre un véhicule sur plusieurs centaines de mètres voire plusieurs kilomètres, et de manière plus discrète qu’un hélicoptère…

Pas de déploiement généralisé prévu

Si les tests se sont visiblement bien déroulés, rien n’indique encore que le processus sera généralisé. Il reste en effet certains obstacles comme la qualité des optiques ou la précision des mesures de la vitesse d’un véhicule. On pense aussi aux risques d’accidents en cas de panne d’un appareil et même, dans un cadre juridique, au survol de terrains privés.

Notons que cette expérimentation a été réalisée dans le cadre des mesures décidées le 2 octobre par le Comité interministériel de la sécurité routière. Parmi elles, rappelons que figurent également des dispositifs de lecture automatique des plaques d’immatriculation pour traquer les conducteurs sans assurance.

source : http://www.linformaticien.com/actualites/id/39356/la-gendarmerie-a-teste-des-drones-pour-la-verbalisation-des-automobilistes.aspx​

Repost 0
Commenter cet article