Belgique : Uber se lance dans la livraison de repas à domicile avec UberEats

Publié le 17 Juillet 2016

La législation date de 1995, mais depuis lors, les tendances ont évolué!

Filip Nuytemans, le directeur d’Uber en Belgique

Belgique : Uber se lance dans la livraison de repas à domicile avec UberEats

BRUXELLESAlors que le service Uber X rassemble désormais plus de 300 chauffeurs, Uber se lance dans la livraison de repas à Bruxelles.

En septembre dernier, l’application UberPop était jugée illégale par le Tribunal du Commerce de Bruxelles à la suite d’une plainte des Taxis Verts. Le tribunal avait conclu qu’en permettant à des chauffeurs de réaliser des courses rémunérées alors qu’ils ne disposent pas des autorisations nécessaires, la société californienne Uber dérogeait aux pratiques honnêtes du marché.

Cette décision cinglante qui a forcé l’arrêt du service le plus populaire de la firme de San francisco n’a pas pour autant signé l’arrêt de mort d’Uber à Bruxelles. Lancée juste avant l’interdiction d’UberPop, l’application Uber X qui fait appel à des chauffeurs professionnels et propose des tarifs moins compétitifs est en train de prendre de l’ampleur. Alors que les chauffeurs étaient trop peu nombreux au départ, les usagers ne doivent désormais plus attendre plus que quelques minutes pour obtenir un véhicule.

"De plus en plus de clients reviennent. Grâce au bouche à oreille, ils apprennent qu’Uber est de retour. En réalité, on n’était jamais parti mais bon…", confirme Filip Nuytemans, le directeur d’Uber en Belgique. Selon lui, plus de 300 chauffeurs roulent désormais pour le service Uber X. C’est toujours moins que sur UberPop mais ces chauffeurs feraient plus d’heures, ce qui permettrait au service d’être tout aussi "fiable".

"Nous avons grandi très vite ces derniers mois. Le service suscite moins de controverses. Peut-être parce que nous avons beaucoup de chauffeurs de taxis qui sont venus chez nous. Il y a aussi des chauffeurs de service de limousine qui utilisent Uber X entre deux commandes et enfin quelques chauffeurs UberPop qui sont parvenus à passer les étapes pour avoir une autorisation", détaille Filip Nuytemans.

Uber avait également ajouté une corde à son arc en lançant UberBlack en mai dernier. Sorte d’Uber X mais en version luxe, ce service qui fait appel uniquement à des véhicules haut de gamme fonctionnerait également bien même s’il s’agit d’une niche de marché.

Malgré tout, le patron d’Uber espère toujours une révision de la législation bruxelloise en matière de transport rémunéré de personnes et attend avec impatience le Plan Taxi promis depuis 2015 par le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SPA). Car pour lancer une appli comme UberPool permettant à deux usagers de partager un trajet pour un tarif moins élevé, il faudra encore développer le service. "Cette application permettrait de réduire la congestion mais il faut d’abord une certaine densité d’utilisateurs dans la ville", indique Filip Nuytemans. Et d’insister : "La législation date de 1995, mais depuis lors, les tendances ont évolué!"

En attendant de savoir ce que contiendra le fameux Plan Taxi, Uber se lance dans la livraison de repas à domicile avec un service similaire à ceux de Deliveroo et Take eat easy. Lancée il y a environ un an à Paris, la première version d’UberEats qui proposait chaque jour un menu unique n’avait pas rencontré l’engouement escompté. Mais la nouvelle version, qui débarquera à Bruxelles à l’automne 2016, s’alignera sur la concurrence en proposant un large choix de repas livrés à vélo ou en scooter.

source : http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/uber-reprend-du-poil-de-la-bete-a-bruxelles-57895d93357086b3e0d1cb4d

Repost 0
Commenter cet article