Google accède aux données de santé de 1,6 million de Londoniens

Publié le 23 Juillet 2016

Les patients doivent savoir que ces informations confidentielles ne seront ni vendues ni utilisées de manière inappropriée »

Le ministre britannique des Sciences de la vie

Google accède aux données de santé de 1,6 million de Londoniens

Google accède aux données de santé de 1,6 million de Londoniens

DeepMind, filiale de Google spécialisée dans l’intelligence artificielle, aurait accès aux données de santé de 1,6 million de patients britanniques sans leur consentement.

A quoi joue Google avec notre santé ?

Le magazine « New Scientist » s'est procuré un document dévoilant un accord secret entre les trois hôpitaux londoniens gérés par le Royal Free NHS Trust et le géant américain d'Internet. D'après la revue scientifique, DeepMind, filiale de Google spécialisée dans l'intelligence artificielle, aurait accès aux données de santé de 1,6 million de patients britanniques.

En février, DeepMind avait annoncé qu'elle travaillait sur l'élaboration d'une application, Streams, permettant d'aider les médecins à suivre les patients atteints de maladies rénales. En réalité, la société a eu accès à l'ensemble des données de santé des Londoniens soignés dans ces hôpitaux, y compris à des informations concernant des cas de séropositivité ou d'overdose - même si Google s'est engagé à ne pas en faire d'usage commercial.

Prédire les maladies

Le document secret révèle aussi que Deepmind, connu pour avoir mis au point un superordinateur (AlphaGo) capable de battre le champion du monde du jeu de go , travaille sur un nouveau programme appelé « Patient Rescue ». Il fournira, à terme, un service d'analyse de données de santé aux hôpitaux du NHS.

Ce programme, qui inquiète le corps médical, « ne prévoit pas d'automatiser les décisions cliniques » , explique « New Scientist ». Grâce aux informations collectées sur des milliers d'individus, Patient Rescue pourra évaluer le stade d'avancement de la maladie du patient, avant même l'apparition des premiers symptômes. Selon George Freeman, le ministre britannique des Sciences de la vie, « les patients doivent savoir que ces informations confidentielles ne seront ni vendues ni utilisées de manière inappropriée »


source : http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/021903825029-google-accede-aux-donnees-de-sante-de-16-million-de-londoniens-1219670.php

Repost 1
Commenter cet article