La RATP et l’Arcep trouvent un accord pour améliorer la qualité du signal dans le métro

Publié le 17 Juillet 2016

La RATP et l’Arcep trouvent un accord pour améliorer la qualité du signal dans le métro

La RATP et l’Arcep trouvent un accord pour améliorer la qualité du signal dans le métro

L'Autorité de régulation du secteur des télécoms (Arcep) et la Régie autonome des transports parisiens (RATP) trouvent un accord pour améliorer la connectivité 3G et 4G dans les transports.

Actuellement, seules les lignes 1 du métro et A et B du RER sont couvertes en partie par une connexion 3G/4G. On est donc assez loin des promesses d’un métro où il serait possible de téléphoner ou de surfer convenablement. Sur ce point la RATP justifie les importants retards : «par la complexité des défis technologiques et économiques, en raison notamment de l’environnement contraint du métro et de la très forte densité de voyageurs ».

ARCEP et RATP signent un accord pour améliorer la qualité des réseaux mobiles

L’Arcep et la RATP ont décidé de s’unir pour améliorer les réseaux mobiles et pour accélérer le déploiement de la 4G dans les moyens de transport. Les deux institutions ont signé un accord pour dévoiler précisément les chiffres de chaque opérateur à partir de 2017, de quoi les motiver à faire mieux…

Après la signature de cet accord, l’Arcep et la RATP ont déclaré qu’il s’agit : « d’une déclaration commune d’intention, par laquelle ils s’engagent à conjuguer leurs efforts afin d’assurer une connectivité mobile de qualité dans l’ensemble du réseau souterrain de la RATP, trains compris ».

L’Arcep a expliqué vouloir offrir sa « méthodologie des campagnes des mesures de la couverture et de la qualité des services […] qui sont essentielles, dans ce contexte, afin de pouvoir disposer d’une vision précise et dynamique de la qualité de service par opérateur mobile ».

Des réseaux quasi inexistants dans le métro

Cet accord pour améliorer la qualité des réseaux mobiles intervient dans un contexte particulièrement décevant à ce niveau chez les opérateurs. L’autorité a déclaré : « aujourd’hui, les enquêtes de qualité des services mobiles menées par l’ARCEP sur le réseau de transport ferroviaire de la RATP révèlent des performances qui ne correspondent plus aux attentes des voyageurs ». A juste titre, puisque dans son dernier rapport publié il y a quelques jours, le gendarme de Télécoms montre que le temps de chargement d’une page en moins de dix secondes, est de seulement 16% en moyenne dans le métro et ce, quel que soit l’opérateur.

Autre exemple révélateur, les appels de plus de deux minutes ne peuvent être maintenus que dans 66% des cas pour Free mobile et 74% chez SFR par exemple. Ce qui implique des coupures pour 1 personne sur trois ou sur quatre. L’Autorité de régulation du secteur des télécoms et la RATP ont donc convenu qu’il fallait changer les choses afin de mieux informer les usagers, mais aussi afin de pousser les opérateurs à investir pour améliorer leurs réseaux.

L’Arcep va commencer à publier des rapports détaillés sur la qualité des signaux dans le métro ou le RER à partir de 2017. L’objectif pour la RATP est aussi d’accélérer le chantier car initialement les lignes auraient dû être couvertes fin 2015, une date qui avait été repoussée à fin 2016 et qui vient une nouvelle fois d’être repoussée à 2017. Espérons que cette décision soit une bonne nouvelle pour les passagers des transports en commun souterrains dans la capitale.

source : http://www.begeek.fr/ratp-larcep-trouvent-accord-qualite-signal-metro-209478

Repost 0
Commenter cet article