Monero, la crypto-monnaie qui monte face au Bitcoin

Publié le 1 Septembre 2016

Monero, la crypto-monnaie qui monte face au Bitcoin

Monero, la crypto-monnaie qui monte face au Bitcoin

Parmi les six-cent et quelques monnaies virtuelles, dont le célèbre Bitcoin, Monero est en train de se faire un nom. Durant le seul mois d’août, sa valeur de marché a plus que sextuplé.

C’est par une annonce postée sur le site Reddit que tout a commencé. Le 23 août, Alphabay, l’un des plus grands marchés en ligne accessibles sur le «darknet», où se vendent armes, drogue et faux papiers, dévoile qu’elle acceptera dès septembre les paiements via Monero, pour tout achat via sa plate-forme. Quelques jours plus tôt, deux autres sites avaient décidé de faire de même : Sigaint, un service d’échange de mails qui permet de cacher son identité et sa localisation, et Oasis, un revendeur présent sur le «darknet» âgé d’à peine quelques mois. A la suite de ces changements, Monero a vu sa valeur de marché être multipliée par six. Estimée début août à environ 17 millions de dollars (environ 15 millions d'euros), elle en vaut aujourd’hui l’équivalent de 106 millions, après avoir atteint un pic le 28 du mois à un peu plus de 118. De quoi la propulser sur le site CoinGecko à la quatrième place du classement des crypto-monnaies les plus prisées et valorisées, derrière le Bitcoin, Ethereum et Litecoin.

«Sécurisée, privée, intraçable»

Lancée en avril 2014, jamais Monero n’avait atteint de tels résultats. Dès ses débuts, on lit pourtant sur son site qu’elle «piquait la curiosité de plusieurs spécialistes du domaine du développement du bitcoin et de la cryptographie». Il faut dire que le slogan de cette monnaie virtuelle, qui fonctionne de manière collaborative, en open-source, est plein de promesses : «sécurisée, privée, intraçable.» Pour relever ce pari, Monero a d’abord choisi de se baser sur un modèle décentralisé et open source, où chacun pourrait contribuer au développement du projet. Elle a ensuite revendiqué une plus grande «flexibilité» dans sa base de code que ses concurrents, ce qui, selon elle, lui éviterait certains problèmes. Parmi eux, la limite de taille des blocs constituant la Blockchain, dont souffre le Bitcoin.

Enfin, Monero a misé sur un protocole dit CryptoNote. En 2012, un certain Nicolas van Saberhagen (un pseudo, tout comme Satoshi Nakamoto, le créateur du Bitcoin) le décrivait comme un système permettant aux utilisateurs d’ouvrir un nouveau portefeuille à chaque transaction. Les adresses associées à chacun d’entre eux n'étant visibles que par l’émetteur et le bénéficiaire des transactions, le système garantit de fait l’anonymat. La crypto-monnaie se distingue en ce point du leader Bitcoin, avec lequel «l’ensemble des transactions est traçable».«N’importe quel observateur lambda peut lire à travers la blockchain, et, pour chaque transaction, en découvrir le montant exact, l’origine et sa destination», décrit GetMonero.org, [ces informations] sont privées.»

La crainte d'une opération de spéculation

Une fois combinés, ces atouts laissent certains rêveurs. Nombreux sont ainsi ceux qui voient déjà le Bitcoin s’effondrer, et laisser la place à cette monnaie qui se dit plus respectueuse de la confidentialité. D’autres semblent en revanche plus sceptiques. Hantés par le spectre des échecs passés de concurrents comme Dash (autrefois appelé Darkcoin), qui, en dépit d'un fort engouement, n'avait jamais réussi à s'imposer sur des marchés en ligne suffisamment importants, ces internautes craindraient aussi une possible opération spéculative. Sur des forums, ils évoquent la possibilité qu'Alphabay ait volontairement, et de manière artificielle, boosté le cours de Monero, avant de revendre leur propre crypto-monnaie, achetée avant la hausse. Une idée largement alimentée par une phrase, issue du communiqué du marché du «darknet» : «Nous nous attendons à ce que cela provoque un pic du prix, donc si vous êtes un investisseur, c’est le moment d’acheter des Moneros.»

Si la volatilité du cours de la crypto-monnaie ne venait pas à bout de celle-ci, d'autres arguent qu'elle ne pourrait de toute façon, d'un point de vue technique, tuer le Bitcoin. En effet, les transactions sont pour l'heure impossibles à encaisser directement. Il est nécessaire de transformer Moneros en Bitcoins, avant de pouvoir obtenir des dollars. Une opération qui, contrairement au transfert de départ, est par ailleurs parfaitement traçable par les autorités… Rappelons aussi que si Monero culmine à 173 millions de dollars, la capitalisation en valeur du Bitcoin, elle, est de plus de 9 milliards de dollars à ce jour.

source : http://www.liberation.fr/futurs/2016/08/31/monero-la-crypto-monnaie-qui-monte-face-au-bitcoin_1475736

Repost 0
Commenter cet article