WhatsApp crypte ses messages avec le même outil qu'Edward Snowden : vers les communications de demain ..

Publié le 17 Novembre 2016

L'acquisition de WhatsApp par Facebook est un pari sur le rôle futur des services de messagerie mobile par internet, qui suscitent beaucoup d'intérêt du fait de leur potentiel à bouleverser les communications de demain.

Lionel Bonaventure AFP

WhatsApp crypte ses messages avec le même outil qu'Edward Snowden

 

APPLICATIONS WhatsApp adopte le chiffrement bout-à-bout, afin de renforcer la confidentialité des échanges entre deux utilisateurs. Le protocole utilisé, TextSecure, est vanté par Edward Snowden...

La société Open Whisper Systems a annoncé, mardi, un partenariat avec la messagerie instantanée WhatsApp pour l'utilisation de son logiciel de cryptage TextSecure. «Nous ne sommes qu'au début de ce lancement mais nous estimons qu'il s'agit déjà du plus grand projet de chiffrement bout en bout de l'histoire», a fait valoir Open Whisper Systems sur son blog.

Ainsi, l'application de messagerie mobile, rachetée par Facebook à près de 22 milliards de dollars, va renforcer la protection des messages en utilisant ce logiciel de cryptage, dont se sert aussi l'ancien consultant de l'agence de renseignement NSA, Edward Snowden.

Le contenu du message crypté pendant toute la durée de la transmission

Alors, en quoi cela consiste? Dans le chiffrement de bout en bout, l'information de routage n'est pas chiffrée, mais le contenu du message l'est pendant toute la durée de la transmission. TextSecure, logiciel libre, sera installé par défaut sur les versions les plus récentes de WhatsApp mais uniquement sur les téléphones utilisant le système d'exploitation Android. Et ce, alors que WhatsApp revendique 600 millions d'usagers dans le monde.

Pour rappel, l'ancien consultant en sécurité Edward Snowden, accusé d'espionnage et de vol de documents officiels aux Etats-Unis, avait vanté les mérites de ce logiciel lors du festival de musique et nouvelles technologies South by Southwest en mars.

Repost 0
Commenter cet article