Axelle Lemaire : «Pourquoi je quitte le gouvernement» : vers la fin du progrès en matière de numérique ?

Publié le 28 Février 2017

Axelle Lemaire : «Pourquoi je quitte le gouvernement»

Axelle Lemaire démissionne

La secrétaire d'Etat chargée du Numérique explique à «Libération» son choix de se consacrer à la campagne de Benoît Hamon et à sa candidature aux législatives et revient sur son bilan.

Dans son bureau, une écharpe tricolore est posée sur un fauteuil vide. Axelle Lemaire quitte le gouvernement. Nommée le 2 avril 2014, en même temps que le premier gouvernement de Manuel Valls, la secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation démissionne pour faire campagne avec Benoît Hamon et dans sa (grande) circonscription des Français de l’étranger, qui compte l’Irlande, le Royaume-Uni, les pays scandinaves et les pays baltes. 

Pourquoi partir maintenant ?

En 2012, lorsque j’ai été candidate sur cette circonscription, j’ai eu besoin de deux ans. Aujourd’hui, faire une campagne éclair alors que le moment, avec le Brexit, est historique, c’est impossible. Par ailleurs, je suis mère de trois enfants en bas âge. Le dernier né lorsque j’étais en fonction. Alors non, tout cela ce n’est pas compatible. Je dois faire un choix. En toute transparence et en toute clarté : je quitte le gouvernement. A ce poste, j’ai toujours essayé d’être entière. Si je suis là, c’est pour agir. Je pense avoir rempli ma mission au gouvernement. Je serai désormais plus utile en dehors du gouvernement qu’à l’intérieur.

.../...

Cela a été difficile pour vous au gouvernement ?

Oui. Tous les jours. Lorsqu’on est ministre, on ne peut pas arriver avec des idées. Ce sont les administrations qui demandent à mettre en œuvre des programmes conçus il y a plusieurs années.

.../...

La «taxe robot» de Hamon, n’est-ce pas une forme de taxe sur l’innovation ?

Je comprends que cette expression puisse être anxiogène mais les contours de cette proposition restent à définir. En revanche, sur ce sujet, comme sur le revenu universel, Benoît Hamon pose les bonnes questions : celle de la préparation de l’avenir, de la répartition de la valeur créée, soit par les hommes dans leur travail, soit par les machines. Qu’est-ce qu’un robot ? Un algorithme ? Un bras mécanique ? On ne répondra pas au déclin industriel et à la suppression des emplois dans les secteurs traditionnels de l’économie par la seule réponse fiscale. La question que l’on doit se poser est : face à la transition numérique, plus rapide que les révolutions industrielles précédentes, comment accompagner la création de nouveaux emplois et comment assurer une formation aux personnes touchées par cette transition, et comment faire pour que les bénéfices de ces innovations soient mieux partagés. Je crois en la science, au progrès social grâce au progrès technologique, à condition de lui donner un sens.

source : http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/27/axelle-lemaire-pourquoi-je-quitte-le-gouvernement_1551433

Repost 0
Commenter cet article