Vers l'exploitation commerciale de l’énergie hydrolienne et de l’émergence d’une filière hydrolienne française

Publié le 10 Mars 2015

Vers l'exploitation commerciale de l’énergie hydrolienne et de l’émergence d’une filière hydrolienne française

Vers l'exploitation commerciale de l’énergie hydrolienne et de l’émergence d’une filière hydrolienne française

Suite au choix de son projet pour la ferme hydrolienne expérimentale de la pointe du Cotentin, Alstom va pouvoir tester en vraie grandeur sa technologie Oceade et débuter la mise en place d’une filière industrielle pour la construction et l’implantation des turbines sous-marines.

Suite au choix par l’Etat du projet proposé par Alstom et GDF Suez pour équiper une ferme-pilote hydrolienne dans le Raz Blanchard, à l'ouest de la pointe du Cotentin (Manche), le constructeur va pouvoir tester son hydrolienne Oceade 18 de 1,4 MW dans des conditions d’installation et d’exploitation préfigurant les futurs parcs hydroliens commerciaux.

Quatre hydroliennes Oceade 18 d’Alstom, ainsi qu’une boîte de jonction sous-marine développée en association avec GDF Suez, seront installées dans ce parc expérimental à fort potentiel. La vitesse maximum du flot y varie de 4 à 12 nœuds selon le coefficient de marée. Avec une capacité totale de 5,6 MW, les hydroliennes alimenteront 15 000 personnes en électricité. Le début de chantier en mer est prévu en 2017, pour une durée d’exploitation de 20 ans.

« Grâce à ce projet, la technologie Alstom pourra faire la preuve de son efficacité, de ses coûts optimisés et de sa maintenabilité. Le retour d'expérience sur cette ferme pilote est un préalable indispensable pour envisager le passage ultérieur à une phase commerciale de plus grande échelle », estime Jacques Jamart, senior vice-président d’Alstom en charge des énergies nouvelles

Vers une filière industrielle

Un prototype d’hydrolienne Alstom de 500 kW a déjà été testé à l’European Marine Energy Centre(EMEC), situé au large de l’archipel des Orcades en Écosse, en 2011/2012 et a fourni 250 MWh d’électricité au réseau. Une turbine de 1 MW a remplacé la précédente depuis janvier 2013, dans le cadre du projet ReDapt (Reliable Data Acquisition Platform for Tidal), mis en œuvre et cofinancé par l’Energy Technologies Institute (ETI). Elle a fourni depuis plus de 750 MWh d’électricité sur le réseau, soit un total cumulé pour les deux prototypes de plus de 1 GWh. Les hydroliennes Oceade, qui équiperont la ferme pilote du raz Blanchard, bénéficieront de ce double retour d’expérience et des améliorations qui en découleront.

L'installation et le fonctionnement d'une hydrolienne

L’implantation de cette ferme expérimentale est une étape importante en vue de l’exploitation commerciale de l’énergie hydrolienne et de l’émergence d’une filière hydrolienne française. Car c’est un marché où Alstom entend bien devenir leader. Pour ce faire, il dispose d’un bureau d’études de 80 ingénieurs dédiés à l’énergie hydrolienne, établi à Nantes et à Bristol, afin de développer sa plate-forme Oceade. Avec comme objectif de réduire le coût de l’électricité hydrolienne et de maximiser l’utilisation de cette ressource en fonction des différentes conditions locales (vitesse de courants, profondeurs).

Dans le même temps, Alstom poursuit l’identification et la qualification de sous-traitants français, afin de se préparer à la réalisation des matériels nécessaires à la construction de fermes hydroliennes à échelle commerciale. Il a par ailleurs signé le 30 septembre 2013 avec Ports Normands Associés, un accord portant sur l’assemblage et la maintenance de ses turbines hydroliennes à Cherbourg.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.alstom.com/power/renewables/ocean-energy

source : http://www.industrie-techno.com/hydrolien-alstom-se-met-a-l-eau-dans-le-raz-blanchard.34942

OCEAN ENERGY - Tocardo International (WWW.TOCARDO.COM)

Repost 0
Commenter cet article