Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Trump "anéanti" par la poignée de main de Macron : la presse compte les points

Publié le 26 Mai 2017

L'Américain de 70 ans et le Français de 39 ans ont chacun attrapé la main de l'autre dans ce qui a commencé comme une poignée de main virile et qui a fini comme une prise mortelle bon enfant. Les mâchoires serrées, leurs visages alternaient entre sourires et grimaces, les deux hommes se sont serrés la main jusqu'à ce que les jointures de Donald Trump deviennent blanches

Le journaliste du "New York Times" détaille ensuite la rencontre entre Macron et Trump en ces termes :

It is my great honor to be with the newly elected president of France, who ran an incredible campaign and had a tremendous victory.

All over the world they're talking about it

President Trump

Trump and French President Macron get to know each other with a fierce handshake

BRUSSELS — If relationships were defined by how two people shake hands, then the one between the newly elected presidents of the United States and France is going to be rather fierce.

As President Trump met French President Emmanuel Macron for the first time, welcoming him to lunch Thursday at the residence here of the U.S. ambassador to Belgium, the two men shook hands for six long seconds. Their knuckles turned white, their jaws clenched and their faces tightened. Trump reached in first, but then he tried to release, twice, but Macron kept his grip until letting go.

The meeting was on Trump's turf, but Macron, 31 years his counterpart's junior, signaled with his tight hold that the American was not the only alpha in the room.

But handshakes alone do not define relationships, of course. Although many contentious issues divide the two presidents -- perhaps most urgently, climate change -- Trump and Macron represent two longtime close allies and showed considerable respect for one another.

Trump, who is loath to talk about electoral victories other than his own, complimented Macron on his landslide win earlier this month in France's presidential runoff against a far-right candidate.

"It is my great honor to be with the newly elected president of France, who ran an incredible campaign and had a tremendous victory," Trump said. "All over the world they're talking about it."

"Congratulations," Trump added. "Great job."

Trump said he wanted to discuss terrorism and other issues, while Macron said they had "an extremely large agenda to discuss: the fight against terrorism, the economy, climate and energy."

"I am very happy to be able to change many things together," Macron said.

The French president, along with his counterparts from across Europe, is hoping to persuade Trump during his time at international summits here in Brussels and Friday in Sicily to maintain the U.S. commitment the 2015 Paris climate agreement.

Trump is in the process of deciding whether to stick to the climate accord, which was negotiated under President Barack Obama, and his advisers have been debating the matter vigorously.

Trump vowed during his campaign that he would withdraw from the Paris agreement, but he now is open to remaining in it, and on a number of other issues he has been persuaded to break his campaign promises.

Secretary of State Rex Tillerson told reporters that Trump intends to hear feedback from his foreign counterparts during his time abroad before making a decision.

For Trump and Macron, both newcomers to international diplomacy, Thursday's meeting was an opportunity to get to know one another, and perhaps form a bond.

As Macron pulled up outside the ambassador's residence and stepped out of a black Mercedes sedan, Trump and his wife, Melania, warmly greeted the French president, who arrived for lunch without his wife, Brigitte.

The presidents were served a three-course meal: a starter of tomatoes and buffalo mozzarella, veal fillet with chateau potatoes and tri-colored vegetables, and a duo of Belgian chocolate mousse.

Trump and Macron cut starkly different profiles as they built winning movements in their respective countries. Trump, 70, was a celebrity businessman and political outsider who campaigned as a populist and nationalist. Macron, 39, was a relatively unknown government insider who campaigned on an embrace of globalism.

Their differences were clear in their choice of attire Thursday. Each wore dark suits, but Trump's tie was thick and royal blue, with a slight shine, while Macron's was skinny and navy. And while Macron wore a standard shirt with a single button on the cuff, Trump opted for French cuffs, with large, diamond cuff links.

read more : https://www.washingtonpost.com/news/post-politics/wp/2017/05/25/trump-and-french-president-macron-get-to-know-each-other-with-a-fierce-handshake/?hpid=hp_hp-cards_hp-card-politics%3Ahomepage%2Fcard&utm_term=.0b64ee78b8e0

Trump aurait-il perdu à son propre jeu ? Célèbre pour ses poignées de main aussi vigoureuses que dominantes, il a en tout cas trouvé en la personne de Macron un adversaire à sa taille.

 

A mi-chemin entre le bras de fer et la (trop) enthousiaste poignée de main, le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump se sont salués officiellement pour la première fois jeudi 25 mai à Bruxelles. Et le geste n'est pas passé inaperçu au Etats-Unis, où la presse ne tarit pas de commentaires.  

Longue et appuyée, pour dire le moins, leur première poignée de main presque gênante a été interprétée par certains comme un moment de diplomatie "virile" - comprendre "forte", "masculine", selon une interprétation phallocrate du terme donc - dont Macron serait sorti vainqueur. 

Il faut dire que l'ancienne vedette de télé-réalité, et désormais président des Etats-Unis, est connu pour secouer le bras de ceux qu'il rencontre avec une puissante poignée de main. Et il semblerait que le dirigeant français trentenaire ait cette fois refusé la coutume. Sous l'oeil d'une caméra, avant un déjeuner de travail à l'ambassade américaine à Bruxelles, Macron a résisté pendant cinq secondes au président américain. Mâchoire serrée, le regard planté dans celui de son homologue (tout en "virilité" donc).  

Une "prise mortelle bon enfant"

Dans un article qui traite plus globalement du déplacement de Donald Trump à Bruxelles, le correspondant du "New York Times" estime que la poignée de main partagée entre le président français et son homologue américain a créé un "haussement de sourcil" dans l'assemblée, signe de l'effet de surprise général.

Plus loin, le journal fait également état de la violence de l'échange : la poignée aurait été si forte qu'elle en aurait coupé la circulation sanguine des deux chefs d'Etat. Utilisant l'expression "white-knuckled handshake" (une poignée de main si puissante qu'elle rendrait les jointures des mains blanches). Reprise en titre par le "Telegraph", qui parle d'une "puissante et gênante poignée de main". 

Le journaliste du "New York Times" détaille ensuite la rencontre entre Macron et Trump en ces termes :

"L'Américain de 70 ans et le Français de 39 ans ont chacun attrapé la main de l'autre dans ce qui a commencé comme une poignée de main virile et qui a fini comme une prise mortelle bon enfant. Les mâchoires serrées, leurs visages alternaient entre sourires et grimaces, les deux hommes se sont serrés la main jusqu'à ce que les jointures de Donald Trump deviennent blanches."

A lire le journaliste, l'échange s'est fini dans la résistance : 

"A un moment, [Donald Trump] a essayé de se dégager, mais [Emmanuel] Macron s'est agrippé encore plus fortement et à continué à faire monter la pression. La seconde fois, Trump a finalement pu se retirer et Macron l'a laissé s'en aller."

Comme une prise de ju-jitsu

"Si les relations humaines étaient définies par la manière dont deux personnes se serrent la main, alors celle du président américain et de son homologue français promet d'être féroce", lance le "Washington Post", qui dresse sensiblement la même analyse que le "New York Times". Gif à l'appui. 

CBS news parle d'ailleurs de "confrontation", pendant qu'un journaliste américain du "Guardian" sur Twitter va jusqu'à comparer la poignée de main avec une prise de ju-jitsu, art martial sans arme élaboré au Japon à l'époque féodale. Pas moins. 

Trump "anéanti" par la poignée de main de Macron : la presse compte les points

Macron "anéanti" Trump

Visiblement, la gène de l'instant a été partagée par tous les journalistes qui ont assisté à la rencontre ou visionné la séquence.

Le site Mashable remet même à cette échange, bien parti pour devenir historique, la palme de la "bataille de poignée de main la plus gênante de tous les temps". Selon le site, ravi, Macron aurait "anéanti" le président américain à coup de boutons de manchette bien sentis : 

"Les infâmes poignées de main du président Trump deviennent franchement vicieuses, mais de braves leaders du monde commencent à se défendre."

"Le président français a fait preuve d'une immense force et d'une grande résistance pendant l'échange, l'expression d'une implacable domination était visible sur son visage. De l'autre côté, Trump est apparu affaibli", interprète Mashable, qui n'est pas seul à désigner Emmanuel Macron grand gagnant de cet échange tout en muscles et en cravates : 

Trump "anéanti" par la poignée de main de Macron : la presse compte les points

Poignée de main : l'acte 2

Après cette première poignée de main aussi musclée que scrutée, les deux hommes ont quitté les lieux pour leur déjeuner. Ils auraient pu en rester là, mais quelques heures plus tard, au siège de l'Otan, Emmanuel Macron a encore été amené à serrer la main de Donald Trump.

Sous le regard amusé des autres dirigeants, dont la chancelière allemande Angela Merkel et le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, le président américain, tout sourire, a alors ostensiblement tiré vers lui le bras du Français. De son côté Macron a contenu l'assaut en tapotant sur l'avant-bras de Trump. Un vrai combat de coqs. 

Rédigé par OOKAWA-Corp

Publié dans #Trump, #Macron, #poignee de mains, #G7, #image, #protocole, #communication, #handshake, #Bruxelles

Repost 0
Commenter cet article