Sondage Jeunes : 3 jeunes français sur 4 pensent que leurs perspectives d'emploi sont pire que celles de leurs parents

Publié le 20 Janvier 2016

Sondage Jeunes : 3 jeunes français sur 4 pensent que leurs perspectives d'emploi sont pire que celles de leurs parents

Dans une récente étude, Infosys met en lumière la vision d’une génération de jeunes positive vis-à-vis des technologies, mais divisée quant à ses chances de carrières et insatisfaite par le système d’éducation actuel.

Pour cette étude, intitulée “Amplifying Human Potential : Education and Skills for the Fourth Industrial Revolution”, Infosys et Future Fondation ont sondé 1 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans dans 9 pays (Australie, Brésil, Chine, France, Allemagne, Inde, Afrique du Sud, le Royaume-Uni et les Etats-Unis). Il en ressort que dans l’ensemble, même si les jeunes de ces différents pays ont saisi l‘impact de la technologie dans leurs carrières et le besoin de progresser de manière continue dans leurs compétences, il existe une forte disparité entre les pays émergents et développés, notamment sur les opportunités de carrières.

Primo, la majorité des répondants reconnaissent le rôle prépondérant des compétences technologiques dans le développement de carrières, tant dans les pays émergents (74 % en Inde et 71 % en Chine) que dans les pays développés (60 % en France et 59 % au Royaume-Uni). Tous disent que l’informatique est un outil clé pour l’éducation.

Des craintes à apaiser quant à la progression de carrière


Secundo, dans les pays émergents comme la Chine et le Brésil, 68 % des répondants craignent qu’un manque de compétences technologiques rende difficile leur progression de carrière. Cette crainte motive la recherche constante des compétences technologiques dont ils ont besoin. Á ce jour, 78 % des répondants au Brésil et en Inde sont convaincus qu’ils disposent des atouts nécessaires pour mener une carrière couronnée de succès. En revanche, ce ressenti est plus faible dans les pays développés : 53 % en France et 51 % en Australie.

Tertio, les données collectées montrent un grand écart de connaissances technologiques entre les économies émergentes et développées. On observe ainsi un écart de 30 % entre les jeunes hommes indiens (81 %) et leurs homologues américains (51 %). Parmi les femmes interrogées, l’écart est de 28 % entre l’Inde (70 %) et les Etats-Unis (42 %), et de 37 % avec la Royaume-Uni (33 %)

Trouver un emploi bien payé est de plus en plus compliqué


Quarto, dans les économies développées, les plus jeunes travailleurs ressentent une pression aigüe lorsqu'il s'agit de trouver un emploi bien payé. En France, 76 % des sondés pensent que leurs perspectives d’emploi sont pires que celles de la génération de leurs parents. Ce qui contraste fortement avec les jeunes interrogés dans les pays émergents où seule une minorité de jeunes (49 % en Inde), pensent que leurs opportunités d’emplois sont pires que celles des générations précédentes.

Les pays émergents profitent de leur faible inertie institutionnelle pour avancer


Quinto, l'étude montre également que la disparité de maturité technologique entre les pays émergents et développés est liée aux stratégies d’enseignement, d’emploi et d’économie plus anciennes des pays développés. Les économies émergentes interrogées ont moins d’inertie institutionnelle à combattre, s’étant engagées dans leur essor économique plus récemment, et ont par conséquent une approche plus flexible à l’égard d’une technologie émergente. Les marchés émergents ont également accélré leurs investissements dans l’éducation, soutenus par la croissance économique.

Une formation continue et à vie


Les salariés de demain comprennent également que, comme la technologie entraîne la suppression de plus en plus de tâches quotidiennes ou ordinaires, ils auront besoin de poursuivre leur apprentissage pour développer de nouvelles compétences et se concentrer sur les compétences générales ou non techniques, par rapport aux ordinateurs qui ne pourront pas avoir ces types d’expertise. Dans le même ordre d'idée, 78 % des répondants au Brésil et 65 % en Chine sont prêts à se reconvertir si besoin. D'ailleurs 80 % des jeunes de tous les pays s’accordent à dire que le développement continu des compétences est essentiel pour réussir au travail.

La sécurité de l'emploi, une donnée importante pour les jeunes


Enfin, l'étude confirme que la sécurité de l'emploi était importante pour les jeunes d'aujourd'hui, la majorité d'entre eux n’étant pas motivée par un poste dans des start-ups volatiles. Beaucoup, en particulier dans les économies développées, sont réticents à l’idée de lancer leurs propres entreprises. Au lieu de cela, ils préfèrent se faire employer par les grandes et moyennes entreprises existantes.

source : http://www.itrnews.com/articles/160661/3-jeunes-francais-4-pensent-perspectives-emploi-sont-pire-parents.html?key=2c33f281d3ad3e8e

Ookawa-Corp blown by B'Digital, powered by B'Leader, spread by B'Sociable, amplified by B'Press, illustrated by B'360, energized by New3S, hosted by 3DWC.biz

Repost 0
Commenter cet article